Liège-Bastogne-Liège Challenge 155km

Envie de vous confrontrer à la doyenne des classiques : Liège-Bastogne-Liège ? Vous pouvez l’espace d’une journée réaliser la même distance que les pros afin de découvrir les côtes Ardenaises ! Retour sur une journée au coeur de la cyclotourisme Liège-Bastogne-Liège 155km.

Le Liège-Bastogne-Liège Challenge attire des coureurs de tous les niveaux, des débutants aux cyclistes les plus expérimentés. C’est une occasion unique de participer à une course professionnelle de renom, tout en découvrant les magnifiques paysages des Ardennes belges. Chaque année c’est pas moins de 10 000 cyclistes qui s’inscrivent sur les 3 formats proposés : le 250km ; le 155km et le 80km. Les départs sont libres dans des plages horraires définies en fonction de votre distance. Il n’y a pas d’enjeu de classement car la route n’est pas fermée à la circulation et vous devez donc assurer votre propre sécurité mais aussi celle des autres participants ou usager de la route.

Le parcours du 155 km

Le départ est à Banneux une petite commune belge dans la banlieue de Liège. En réalité sur le challenge vous ne verrez jamais Liège qui est réservée à la course professionnelle. Cependant ce lieu de départ est bien plus simple pour s’y rendre sans la circulation ce qui est très pratique.

A partir de 6h45 les premiers départs sont donnés et ce sont des vagues continues de cyclistes qui partent toutes les 5 minutes afin de fluidifier la route. Le début de parcours une descente pour ensuite remonter pendant une petite dizaine de kilomètres sur des pourcentages faciles compris entre 2% et 6%.

Avec l’euphorie du départ, ça part très vite et la première heure de course passe très vite. Tout comme l’arrivée du premier ravito au kilomètre 40. Aucune difficulté majeure n’est encore arrivée sur le parcours mais on peut voir déjà quelques coureurs qui regrettent un départ aussi rapide. La suite du parcours ne fait que se corser avec les premières côtes répertoriées qui permettent de vite comprendre la renomée des murs dans les Ardennes.

Sur la version du 155km voici la liste des côtés répertoriées :

  • Côte d’Awan
  • Côté de Stockeu avec un pourcentage max de 24%
  • Côté de la Haute levée
  • Col du Rosier long de 4,4km mais avec une pente moyenne de 5,8%
  • Côte de Desnié
  • Côte de la Redoute au milieu de l’effervescence des campings-car
  • Côte du Hornay
  • Côte de la Roche-aux-Faucons
  • Côte de Cortil 3,6km à 6,4% pour bien finir le challenge

Chaque parcours passe évidemment par l’emblématique Côte de la Redoute et ses pourcentages extrêmes avoisinant les 19% sur certains passages. Cependant c’est bien celle de la Roche-Aux-Faucons dans laquelle nous avons pu observer le plus de dégats. Sa première partie très raide entrecoupée d’une petite descente pour repartir sur du 6% et 8% a fait mal aux organismes des différents participants. La fin de parcours est assez simple avec des enchaînements des descentes et bosses mais sans grande difficulté majeur avant de rejoindre Banneux pour être officielement finisher de Liège-Bastogne-Liège.

Download file: Liege_Bastogne_Liege_Challenge155_.gpx

On a aimé

La qualité de l’organisation : On sent la mécanique bien rodée avec des partenaires et des sponsors de choix qui permettent une organisation parfaite de l’évènement ! Toutes les informations nécessaires à l’organisation de votre venue sont explicitement envoyées à chaque participants en amont de la course et ne laisse que très peu de place aux zones d’ombres que l’on peut connaître sur d’autres courses.

Le parcours : Même ci ce dernier n’est pas l’exactitude reproduction de celui emprunté par les professionnels le lendemain, l’organisation veille à reproduire avec la plus proche similarité afin de vraiment vous faire ressentir les frissons de la Doyenne des classiques. Vous aurez le droit aux côtes les plus mythiques mais aussi et surtout aux groupes de supporters déjà présent dès la veille au bord de la route pour vous encourager.

Le village départ/arrivée : Ouvert dès le vendredi, c’est la zone par laquelle pour prennez le départ le samedi. Vous pouvez y retrouver tout ce dont vous avez besoin allant de la consignes jusqu’au service de mécanique afin de réviser votre vélo en cas de problème de dernière minute. Le flux de participants est très bien géré et on ne se sent pas agglutiné dans une zone qui n’est pas si grand que ça pour 10 000 cyclistes.

L’ambiance entre participants : Cette journée reste une fête du vélo pour les participants et on y ressent une ambiance de fraternité entre les participants qui n’hésiteront pas à vous encourager en cas de passages difficiles. L’ambiance est très chaleureuse et vous pourrez trouver des compagnons de sortie très facilement pour rouler à votre rythme ou peut être bien vous challenger. Pas de prise de tête sur les passages de relais, vous êtes bien sur une cyclotouriste !

On a moins aimé

La qualité des routes belges : C’est un terrible constat de découvrir la qualité très médiocre voire dangereuse des routes belges tout au long du parcours … C’est même à se demander comment la route d’un monument du cyclisme peut être aussi dégradée et pas refaite plus fréquemment. Attendez-vous à de très nombreux nids de poule, rainures, différences de revêtements tout au long du parcours. Ces routes deviennent vraiment dangereuses dans les descentes où vous pouvez rapidement prendre de la vitesse …

Le manque de signaleurs aux intersections : Vu que la route n’est pas fermée à la circulation, nous avons trouvé que les intersections pourraient être plus sécurisées pour les cyclistes mais aussi les automobilistes. Difficile de s’engager quand un flux de cyclistes ne s’arrête jamais et malheureusement par agacement certains conducteurs forcent un peu leur passage. Plus signaleurs permettraient à la fois de fluidifier la circulation et aussi de sécuriser d’avantages ces zones de croisement.

Le flux constant de cyclistes : Attendez vous à voir des cyclistes en permanence ! Et si vous n’y êtes pas habitués cela peut vite devenir stressant et vous tendre nerveusement… C’est également problématique par moment pour dépasser des participants qui n’ont pas forcément l’habitude de serrez à droite ou encore quand des groupes plus rapides vous dépasse en dernière minute.

LES DERNIERS ARTICLES

- COMMENT CHOISIR SON VELO -spot_img